B77, groupe, suisse, ep, fleur, musique

À l’occasion de la sortie de l’EP intitulé « Fleur » disponible depuis le 14 juin 2019, B77 se dévoile dans Zakaria Presse.

B77 explore leurs émotions, pensées tordues et désirs enfantins, pour nous confronter à des mélodies et messages non conventionnels, mais dont l’énergie nous touche dès la première écoute. Lancés en 2017, ils se sont rapidement bâti une réputation sur la scène musicale Suisse, avec leurs premiers singles « Panthere », « Woods » et « LL8 ». Aujourd’hui, leur premier EP « Fleur » fidèle à leurs sonorités originales est sorti le 14.06.2019.

Présentez-vous-en quelques mots ?

Léopold et Luca. Amis depuis longtemps. On s’est connu dans notre quartier, en campagne Suisse. Très tôt, nous avons bidouillé des sons ensemble. Puis chacun s’en est allé de son côté…

En 2017, après une longue période d’inactivité artistique, ou plutôt d’expérimentations inabouties, nous nous sommes revus et avons créé B77.

Pourquoi votre groupe s’appelle B77 ?

Ça fait référence à un vieil enregistreur à bande. Le revox B77. L’appareil en question était entreposé dans la pièce, quand on commençait à composer des morceaux…

L’idée, c’était de trouver un truc qui ne nous fasse pas rougir avec le temps, et à priori, une lettre et un chiffre, ça vieillit plutôt bien.

Comment a été conçu cet EP intitulé « Fleur » ?

C’était l’été dernier. Nous avions pas mal de Live, et entre 2 concerts on traînait à la maison, là où il y a le studio. C’est à ce moment-là que l’on a commencé à rassembler des maquettes. Assez instinctivement nous avons sélectionné des sons un peu plus légers. On a été inspiré par la nature autour de la maison, et les enfants qui y traînaient à longueur de journée. Nous voulions retranscrire une ambiance un peu magique, un vieux souvenir d’été, un rêve très coloré.

Pourquoi s’appelle-t-il « Fleur » ?

C’est un titre qui a jailli assez spontanément pour décrire ce projet. On le trouve enfantin et fort à la fois. Sur l’album, certaines lignes de synthé évoquent l’éclosion d’une fleur.

Comment est née cette rencontre/collaboration avec label indépendant Half Awake ?

C’est grâce à notre ami de longue date, Guillaume (Muddy Monk), déjà signé sur le label. Il a fait écouter nos morceaux au CEO haha.

B77, des dates de prévues ? à quoi peut-on s’attendre en venant vous voir sur scène ?

On fait le Paleo en juillet (l’un des plus gros festivals de Suisse). On propose un show audiovisuel qui invite au voyage. L’image tient une part importante.

Et par la suite, on aimerait évidemment venir jouer en France, et ailleurs en Europe.

B77, quelle est votre définition de la musique ?

Un ensemble de sons rythmiques et mélodiques mis ensemble dans le but de créer une oeuvre artistique auditive.

Mais aussi un vaste terrain de jeu. Parfois hyper accueillant, parfois hyper déprimant.

Un mot de fin !

On vous prépare du nouveau pour la rentrée !! À bientôt

Laisser un commentaire