Film, argentine, new york, critique, Julia Solomonoff, cinéma, epicentre films, guillermo pfening, rafael ferro, Marco Antonio Caponi, Elena roger, Pascal Yen-Pfister, Cristina Morrison, Kerri Sohn, festival,

En quête d’une identité, un acteur célèbre en Argentine part affronter la vie autrement à New York. L’acteur principal Guillermo Pfening est transcendant ! Nobody’s watching sort au cinéma le 25 avril 2018.

C’est l’histoire de Nico, un comédien argentin qui vient tout juste de s’installer à New York. Dans l’attente de trouver un rôle, il enchaîne les petits boulots pour s’en sortir. Sa vie affective et sociale s’en trouve bouleversée. Quand un ancien amant lui rend visite, tout vacille, l’obligeant à se confronter aux raisons de son exil. 

Crise d’identité

L’histoire du film « Nobody’s Watching » est inspirée par l’histoire personnelle de Julia Solomonoff qui est restée à New York pendant 7 ans et de revenir en Argentine où elle a fait deux enfants, deux films et enseigne le cinéma. Elle décrit cette expérience comme un sentiment d’appartenance à une culture et du désir de se réinventer. Le quête d’identité est l’un des points forts du film où la cinéaste formule cette situation lorsqu’on émigre dans un autre pays ou une autre ville : qui sommes-nous quand on est privé de sa culture d’origine ?

Ce long-métrage traite le récit d’un vagabond entre soif de réussir, le fait d’assumer sa sexualité ou du moins sa relation avec son producteur, ses sentiments et son retour dans son pays natal. Il faut savoir que ce film indépendant a été tourné pendant la période électorale après laquelle Donald Trump a été nommé président des États-Unis, où il clame haut et fort la fermeture des frontières aux Sud-Américains. Alors que l’immigration est au cœur des politiques occidentales, « Nobody’s Watching » voit un jeune acteur argentin qui essaye de se faire une place à New York.

Film, argentine, new york, critique, Julia Solomonoff, cinéma, epicentre films, guillermo pfening, rafael ferro, Marco Antonio Caponi, Elena roger, Pascal Yen-Pfister, Cristina Morrison, Kerri Sohn, festival,

Émouvant, transcendant, Guillermo Pfening

 

Même si ce type d’histoire a déjà été traité au cinéma, le transcendant Guillermo Pfening qui interprète Nico, acteur en quête d’emploi, baby-sitter, barman enchaînant les petits boulots avant de trouver un rôle au théâtre, au cinéma ou à la télévision, arrive à attirer notre attention. À la fin du film, Nico se réveille de ce coma. Il accepte une double mort symbolique : celle de son personnage dans la série et la fin de sa relation avec Martin. La cinéaste Julia Solomonoff réussit l’exploit de capter la solitude du personnage de Nico, pourtant bien entouré, son partenaire de la série, son producteur, sa colocataire, sa logeuse, etc. Seul ou aidé, redevable ou généreux, on arrive à ressentir une empathie profonde.

Film, argentine, new york, critique, Julia Solomonoff, cinéma, epicentre films, guillermo pfening, rafael ferro, Marco Antonio Caponi, Elena roger, Pascal Yen-Pfister, Cristina Morrison, Kerri Sohn, festival,

Guillermo Pfening, qui interprète le rôle de Nico a d’ailleurs reçu le prix du meilleur acteur lors du Festival du film de Tribeca 2017 pour ce film.

Nobody’s watching de Julia SOLOMONOFF est disponible au cinéma en France à partir du 25 avril 2018. Les horaires de projection sont indiqués sur les sites de réservations habituels. DISTRIBUTION PAR épicentre films.

 

Laisser un commentaire