Les fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin

Présenté en hors compétition au Festival de Cannes 2017, « Les fantômes d’Ismaël » d’Arnaud Desplechin est morbide et brouillon porté par le fabuleux trio Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg et Mathieu Amalric.

Dès l’ouverture, nous entrons dans les coulisses du nouveau film d’Ismaël, un cinéaste torturé et déboussolé par ses cauchemars, l’écriture et le tournage de la fin de son film, sa nouvelle femme Sylvia et aussi son amour perdue Carlotta.

Après 21 années absences, Carlotta réapparait et bouleverse le quotidien d’Ismaël, son père et leurs entourages.

Une mise en scène intéressante mêlant le passé, le présent en intégrant des scènes du film en cours de tournage sur la vie du frère d’Ismaël, un espion totalement parachuté d’un endroit à un endroit sans aucune expérience professionnelle.

Arnaud Desplechin joue avec l’amour, la folie, la passion, la vie et la mort.

Ce que je trouve brouillon dans le film est le passage d’une scène à une scène, au fil des époques, des villes du monde Paris, Prague, l’Ile de Noirmoutier, qui donne l’impression de se perdre dans l’histoire.

Qu’on veuille ou pas, le nouveau film d’Arnaud Desplechin est captivant!

 

Laisser un commentaire