La sélection des films nominés pour la 2ème édition de la Semaine du Cinéma Positif

La 2ème édition de la Semaine du Cinéma Positif, organisée par la Fondation Positive Planet présidée par Jacques Attali, aura lieu à Cannes du 17 au 24 mai prochain, sous les auspices du 70ème Festival International du Film.

La Fondation Positive Planet remettra les Prix du Cinéma Positif à trois catégories de films longs métrages (fiction positif, documentaire positif et premier film) sortis en salle entre le mois de mai 2016 et le mois d’avril 2017 (films sortis entre chaque Festival de Cannes). Enfin, un Prix d’Honneur sera également décerné à Costa Gavras pour l’ensemble de son oeuvre et un Prix Hommage célèbrera le cinéaste américain Frank Capra (1897-1991) pour Mister Smith au Sénat, film emblématique de l’histoire du cinéma positif.

Positive Planet a l’honneur et la joie de pouvoir cette année encore, compter sur un jury exceptionnel, composé de personnalités prestigieuses du monde du cinéma, de la culture et des médias, à l’instar de Isabelle Giordano, directrice générale d’uniFrance Film, Alain Terzian, président des César, de la productrice Melita Toscan du Plantier, du producteur Dominique Farrugia, et des réalisateurs Yann Arthus-Bertrand, Coline Serreau et Férid Boughedir.

Ci-dessous la liste des films en compétition dans les 3 catégories :

MEILLEUR LONG METRAGE FICTION POSITIF

  • « Bienvenus ! » (« Welcome to Norway ») de Rune Denstad Langlo (Norvège, Suède)
  • « Captain Fantastic » de Matt Ross (USA)
  • « Carole Matthieu » de Louis-Julien Petit (France)
  • « Chez Nous » de Lucas Belvaux (France, Belgique)
  • « Frantz » de François Ozon (France)
  • « L’autre côté de l’espoir » (« Toivon tuolla puolen ») de Aki Kaurismäki (Finlande)
  • « La Fille de Brest » de Emmanuelle Bercot (France)
  • « Le ciel attendra » de Marie-Castille Mention-Schaar (France)
  • « Les figures de l’ombre » (« Hidden Figures ») de Théodore Melfi (USA)
  • « Lion » de Garth Davis (USA, Australie, Angleterre)
  • « L’Odyssée » de Jérôme Salle (France)
  • « Loving » de Jeff Nichols (USA, Angleterre)
  • « Moi, Daniel Blake » de Ken Loach (Royaume-Uni, France)
  • « Moonlight » de Barry Jenkins (USA)
  • « Premier contact » (« Arrival ») de Denis Villeneuve (USA)
  • « Snowden » d’Oliver Stone (USA, Allemagne, France)
  • « Tour de France » de Rachid Djaïdani (France)
  • « Tu ne tueras point » de Mel Gibson (USA)
  • « 1.54 » de Yan England (Canada)

MEILLEUR LONG METRAGE DOCUMENTAIRE POSITIF

  • « Dernières nouvelles du Cosmos » de Julie Bertuccelli (France)
  • « Fuocoammare, par dela Lampedusa » (« Fuocoammare ») de Gianfranco Rosi (Italie,
  • France)
  • « I am not your Negro » de Raoul Peck (USA)
  • « Jean Vanier, le sacrement de la tendresse » de Frédérique Bedos (France)
  • « La supplication » (« Voices from Chernobyl ») de Pol Cruchten (Autriche, Luxembourg,
  • Ukraine)
  • « L’Empereur » de Luc Jacquet (France)
  • « Les pépites » de Xavier de Lauzanne (France)
  • « Qu’est-ce qu’on attend ? » de Marie-Monique Robin (France)
  • « Where to Invade next » de Michaël Moore (USA)

MEILLEUR PREMIER LONG METRAGE FICTION OU DOCUMENTAIRE POSITIF

  • « Ballerina » de Eric Summer et Eric Warin (France, Canada)
  • « Divines » de Houda Benyamina (France, Qatar)
  • « Et les mistrals gagnants » de Anne-Dauphine Julliand (France)
  • « Food Coop » de Tom Boothe (USA, France)
  • « Iqbal, l’enfant qui n’avait pas peur » de Michel Fuzellier et Babak Payami (France, Italie)
  • « Ma vie de courgette » de Claude Barras (Suisse, France)
  • « Patients » de Grand Corps Malade & Mehdi Idir (France)
  • « Wrong élements » de Jonathan Littell (France, Allemagne, Belgique)

 

Un concept développé par Positive Planet, présent depuis plus de 7 ans au Festival de Cannes et résumé par ces mots par Jacques Attali : « Le cinéma positif est le cinéma qui œuvre au service des générations futures pour proposer des solutions et éveiller les consciences, directement ou indirectement, sur les promesses et les menaces auxquelles sera confrontée l’humanité. Il ne met pas seulement en lumière : il a pour vocation de donner envie de se prendre en main. Le cinéma positif n’est jamais un film de propagande. C’est une manière de révéler et d’alerter sur les problématiques globales du monde ».

Laisser un commentaire