Musset, Revolver, musique, groupe, EP, Orion, Jean- Michel Reusser, Stefane Goldman, Bénédicte Schmitt, folk,

Musset revient avec un 1er EP intitulé « ORION », disponible dès le 27 avril 2019 (distribution Tunercore). Rencontre…

“J’ai vécu ça comme un réflexe de survie. Il était temps que j’aille à la rencontre de celui que je suis vraiment.”

Musset, en quelques mots ?

Musset, c’est mon nom, et le nom de mon projet de chanson française plutôt folk, qui voit le jour, aujourd’hui. Je suis guitariste et chanteur, je jouais et écrivais dans le groupe Revolver. Aujourd’hui, je me lance en solo (mais bien entouré). J’ai écrit quelques musiques de film, et en parallèle j’étudie la musicothérapie et ses différents champs d’application. 

Comment êtes-vous arrivé à faire de la musique un jour ?

Par accident. Je n’avais jamais imaginé en faire un métier, encore moins une carrière, et même une fois que ça a été le cas, j’avais du mal à y croire. Mon père m’avait appris quelques accords de guitare à l’été de mes 15 ans, et la musique est arrivée doucement, par de petites portes.

Musset, Revolver, musique, groupe, EP, Orion, Jean- Michel Reusser, Stefane Goldman, Bénédicte Schmitt, folk,

Quel regard portez-vous sur votre carrière avec le groupe à succès « Revolver » ?

Bienveillant, forcément bienveillant. Une trajectoire incroyable, avec évidemment des hauts et des bas, mais qui s’est aussi arrêtée à temps je pense, avant que d’autres impératifs ne prennent le dessus. On est encore très proches avec Ambroise et Jérémie, de cette proximité qu’on peut avoir avec un frère ou un cousin plutôt qu’un ami.

Comment est née cette rencontre avec Jean- Michel Reusser ?

Au-delà du côté pratique de qui nous a présenté, quand et comment, il y a toujours une part de mystère, pourquoi avec certaines personnes cela fonctionne tout de suite, avec d’autres cela prend du temps, ou bien cela ne se fait jamais vraiment. Il y a tout un tas de rencontres loupées, celles qui pourtant avaient tout pour réussir sur le papier. Dans le cas de Jean-Michel, un ami commun nous a présentés, on a convenu de prendre un café, et on est resté 4 heures ensemble à discuter. On a passé quasiment 1 an à se voir chaque semaine et à travailler sans se demander où on allait, comment, comment produire, enregistrer, quand, avec qui.

Musset, comment a été confectionné cet EP « Orion » ?

Dans une bulle, en dehors de l’espace et du temps, entre mon appartement, le salon de Jean-Michel, et un petit studio en sous-sol vers Pigalle. J’ai travaillé aussi avec Stefane Goldman, le guitariste et compositeur de Imany, encore une rencontre magique, puis quand on a senti que quelque chose était prêt, on a fait appel à Bénédicte Schmitt pour mettre en ordre, mixer, affiner.

Pourquoi l’avoir intitulé « Orion » ?

Orion, c’est une chanson que j’avais commencé à écrire en 2014, dans une année de voyages, d’interrogations. J’étais dans un monastère bouddhiste dans lequel je me sentais un peu perdu, et un jeune homme m’avait montré une nuit cette constellation facile à repérer dans le ciel, qui m’avait semblé rassurante et fascinante.
J’ai enregistré la chanson Orion début 2019, juste à temps pour l’inclure dans l’EP, c’était comme une évidence.

Musset, Revolver, musique, groupe, EP, Orion, Jean- Michel Reusser, Stefane Goldman, Bénédicte Schmitt, folk,

À quoi peut-on s’attendre en venant vous voir sur scène ?

Des guitares acoustiques amplifiées d’échos saturés, cascades de sons éthérés ou bien intimité folk, seul en scène avec mes guitares et amplis, un peu comme Damien Rice par exemple.

Musset, quelles sont vos influences ?

C’est toujours difficile de parler des influences présentes, la plupart du temps elles sont inconscientes, on n’est conscient que des influences passées. Je ne suis pas bien sûr de savoir ce qui m’influence aujourd’hui.
Mais Elliott Smith et Sufjan Stevens sont toujours là, Leonard Cohen aussi, John Frusciante en solo comme musique de chevet, Dominique A, Manset jamais bien loin. Je citerais aussi les Beatles et les Kinks, Goldman et Cabrel aussi tapis dans l’ombre. J’ai récemment découvert Dead Can Dance et Scott Walker, d’autres mondes qui deviendront peut-être des influences…

Quel est le futur de Musset ?

Difficile à dire, l’EP sort le 27 avril, l’album sortira en fin d’année, des concerts sont en train d’être bookés. Après 2020, pas la moindre idée, c’est ce qui est beau et stressant quand on démarre un nouveau projet.

Quelle est votre définition de la musique ?

Après le silence, ce qu’il y a de plus beau. La musique ce n’est pas ce que nos oreilles entendent, c’est un mode d’écoute. Tout peut être musique.

Un mot de fin !

Les fins, la fin, on y croit vraiment ? Je pense à l’histoire sans fin…

Musset, Revolver, musique, groupe, EP, Orion, Jean- Michel Reusser, Stefane Goldman, Bénédicte Schmitt, folk,

Laisser un commentaire