Flavie Léa, Kali, Album, EP, musique pop, Suisse, qui sait, Crowdfunding,

Originaire de Suisse, Flavie Léa dévoile son 1er EP « Qui sait ? », disponible sur toutes les plates-formes digitales. Rencontre….

Flavie Léa s’est fait repérer via sa chaîne YouTube qui comptabilise près de 300k et ses vidéos sur Facebook dépassent les 3 millions de vues. Soutenue par NRJ en Suisse, elle a vécu à New York et à Londres où elle a étudié à la London Music School.

En septembre dernier, elle a lancé une opération de Crowdfunding, lui permettant, grâce à ses 30k followers sur les réseaux sociaux, de financer la sortie de son premier EP « Qui sait ? ». Côté production, elle s’est entourée de Kali du collectif de producteurs, The SoundBrothers, qui a notamment travaillé sur le titre « Sans rétro » de Maitre Gims & Dadju.

Flavie Léa, Kali, Album, EP, musique pop, Suisse, qui sait, Crowdfunding

Flavie LÉA, en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Flavie Léa, je viens de Suisse et je rêve de pouvoir vivre de ma passion, la musique.

Comment êtes-vous arrivée à faire de la musique ?

J’ai découvert ma passion pour la musique très tôt en écoutant de la variété française. J’admirais beaucoup des artistes comme Jean-Jacques Goldman, Céline Dion ou Jenifer. Vers 13 ans, j’ai commencé à composer avec ma guitare.

Comment est née cette rencontre avec KALI, le producteur ?

Avant de travailler ensemble, nous nous sommes rencontrés amicalement. Du coup, on se comprend et je pense qu’on se complète bien.

Cet EP : Comment a-t-il été confectionné ? Qui a participé à la composition ? À l’écriture ?

« En Ta Mémoire » est la première chanson de l’EP à avoir été composée. C’était durant l’été 2017 à Londres. J’ai choisi des accords à la guitare, puis écrit et composé le morceau avec l’aide de Kali pour certaines mélodies. On a travaillé ensemble sur tous les morceaux de l’ÉP. J’ai presque toujours écrit les titres à la guitare et il m’a aidé pour les mélodies et a construit les instrumentaux autour. Pour « Boum Boum », le premier single, je me suis essayé à la production de l’instrumental et Kali a repris ce que j’avais fait pour l’améliorer.

Flavie Léa, qu’est-ce qui vous intéresse dans cette influence pop et électro ?

Les mélodies accrocheuses de la musique pop m’ont toujours fait vibrer. J’adore les éléments acoustiques, comme la guitare, le piano ou le violon. D’un autre côté, j’aime aussi beaucoup les instruments électroniques comme les synthés par exemple.

Pourquoi l’avoir intitulé « Qui sait » ?

Depuis plus d’un an, j’avais ce titre en tête, parce que c’est quelque chose que je dis beaucoup et qui, je trouve, résume souvent bien la vie. On ne peut pas savoir ce qu’il adviendra vraiment dans la vie en général et dans la musique, qui est une voie très incertaine.

Les thèmes abordés sont l’amour, votre grand-mère, la déception amoureuse, le culte de la personne et le repère. Comment avez-vous fait ?

Je me suis inspirée de ce que je vivais, ressentais ou observais. Le fait d’écrire est un peu comme une thérapie pour moi, ça me permet d’extérioriser mes émotions et de me sentir mieux par après.

Flavie Léa, Kali, Album, EP, musique pop, Suisse, qui sait, Crowdfunding

Comment s’est passée cette aventure en autoproduction / crowdfunding ?

C’était une belle aventure, mais difficile aussi. Heureusement que j’ai eu l’aide de Kali. En ce qui concerne le crowdfunding, j’avais beaucoup d’appréhension, j’avais peur que les gens ne me suivent pas dans mon projet. J’ai été tellement touchée par le soutien des contributeurs qui m’ont permis de réaliser un de mes rêves. Par rapport à l’autoproduction, c’est intéressant de toucher à tout, mais c’est également stressant par moments. Il faut penser à tout et prendre beaucoup de décisions.

Quel est le futur de Flavie Léa ?

Je travaille sur de nouvelles chansons que j’espère pouvoir partager bientôt. J’aimerais beaucoup organiser une petite tournée dans différentes villes de Suisse, France et Belgique.

À quoi peut-on s’attendre en venant vous voir en concert ?

Du partage, de la bonne humeur, des émotions et bien sûr de la musique pop. Le tout accompagné de ma guitare et d’autres instruments également.

Flavie Léa, quelles sont vos influences musicales ?

Il y en a vraiment beaucoup. Depuis toute petite, j’écoute Jean-Jacques Goldman et Céline Dion. Sinon, Ed Sheeran, Stromae, Jenifer ou encore Maître Gims m’inspirent beaucoup.

Quelle est votre playlist actuelle ?

J’écoute en boucle « Superhéro » de Dosseh et « Don’t call me up » de Mabel en ce moment.

Flavie Léa, quelle est votre définition de la musique ?

Je dirais que c’est un transmetteur d’émotions qui permet de rassembler les gens et également un moyen d’exprimer/extérioriser ce que l’on ressent.

Un mot de fin !

Un grand merci à Zakaria Presse pour cette interview. Merci du fond du coeur à tous ceux qui me soutiennent et à tout bientôt pour de nouveaux morceaux. Bisous

Laisser un commentaire