En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer

A l’occasion de la saison « En Droits », au musée de l’Homme, 9 neuf street artistes investissent ses murs pour illustrer des articles de la Déclaration universelle des droits de l’Homme jusqu’au 30 juin 2019.

Dans le cadre de l’exposition « J’AI LE DROIT D’AVOIR DES DROITS ! », du 13 janvier au 30 juin 2019, le street art est sur les murs du musée de l’Homme qui a souhaité laisser libre cours à l’imagination de neuf street artistes pour illustrer des articles de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

Chaque dimanche du 13 janvier au 10 février 2019, les 9 street-artistes Zag & Sìa, Lek & Sowat, de Swoon et de Goin en présence de Dugudus, de Madame et de Dénis Meyer ont réalisé leurs performances et leurs installations au musée de l’Homme à Paris où chaque visiteur assistait à la naissance spectaculaire d’une œuvre sous ses yeux.

Le street-art pour fêter les 70ans de la signature de la Déclaration au Musée de l’Homme

Mouvement protéiforme et mondial, le street art émerge actuellement au coeur de la scène artistique contemporaine. Street art, art urbain, graffiti, sont autant de noms pour désigner une pratique créative sinon artistique emblématique de la revendication humaine et de sa conquête de liberté. C’est aussi l’art de la dénonciation des maux de notre société.

Pour commémorer les 70 ans de la signature de la Déclaration, le Musée de l’Homme a souhaité amener ce geste revendicatif dans ses murs pour rappeler à chacun et notamment à la jeunesse que nos droits en tant que citoyens ont souvent été acquis par des luttes.

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

Neuf street artistes sont invités à réinterpréter un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme pour interpeller le public. Qu’ils aient déjà une grande renommée ou qu’ils soient des talents émergents, ces artistes représentent les tendances actuelles du street art, avec d’une part le courant pictural, porté sur la composition colorée et d’autre part le graffiti favorisant le jeu typographique.

Ils ont aussi été sélectionnés pour mettre en valeur la diversité des techniques employées dans les rues : peinture et collages, sérigraphie, pochoir, anamorphose.

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

Le Graphisme de DUGUDUS anime l’installation des oeuvres de Swoon et de Goin

Dans le cadre de la saison « En droits ! », ce jeune graphiste-illustrateur a conçu une signalétique créative et pédagogique, dans l’esprit d’un « graphisme d’intérêt général ». Intervenant ponctuellement, il accompagne le visiteur à travers le musée. Ses interventions soulignent la transformation des espaces au fil du temps et des performances, fonctionnant comme un fil rouge, guidant le visiteur à travers les différents lieux d’exposition investis par les artistes. Il est également le créateur de l’identité visuelle de toute la saison.

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

L’anamorphose de ZAG & SÌA : performance réalisée le 13 janvier 2019

Fervents militants de la liberté de peindre, Zag et Sìa célèbrent les 70 ans de la Déclaration des droits de l’Homme comme un moment privilégié pour affirmer cette liberté artistique. Ils ont choisi de représenter l’article 25 sur le droit à un niveau de vie suffisant pour subvenir à ses besoins (santé, alimentation…). Cet article fait écho à un épisode traumatisant de la vie de Zag et Sìa. L’oeuvre sera construite autour d’un personnage tiré du « Radeau de la Méduse » de Géricault. Cette performance sera réalisée sur Plasti’Graff, en collaboration avec les Ateliers du Graff.

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

Le graffiti de LEK & SOWAT : performance réalisée le 20 janvier 2019

« Nous avons choisi de travailler sur le premier article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme car s’il est de loin le plus connu et le plus ambitieux, il est aussi celui qui questionne le plus nos croyances intimes. En effet, comment maintenir notre foi dans ces principes d’égalité, de dignité et de fraternité quand tout dans nos vies, le monde qui nous entoure ou n’importe quel cycle d’actualité auquel nous prêtons attention, semble défier ces fondements du vivre ensemble. Pour illustrer cet article, nous avons choisi de travailler à même les murs du Musée de l’Homme, directement sur ses parois. À l’aide de bandes adhésives et de lettres préalablement imprimées, nous entendons déconstruire, tant visuellement que grammaticalement, le premier article de la déclaration pour en questionner le fond ».

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

Le pochoir de GOIN : installation de l’oeuvre en présence de Dugudus réalisée le 27 janvier 2019

Goin a choisi d’illustrer l’article 18, sur la liberté de pensée, de conscience et de religion.

« La liberté de pensée est pour moi la plus fondamentale et la plus sacrée des libertés. C’est le premier et le dernier rempart contre la barbarie, sans elle, pas de liberté… Ma création sera faite sur toile au pochoir en noir et blanc. »

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

Le collage de SWOON : installations vidéo de l’oeuvre en présence de Dugudus réalisées le 27 janvier 2019

Swoon propose son oeuvre Braddock Steel en illustration de l’article 23 sur le droit du travail. Braddock Steel est un hommage aux travailleurs de Braddock, Pennsylvanie, ville, autrefois bastion de la sidérurgie, tombée dans la pauvreté. Swoon y représente le portrait d’un ouvrier sidérurgiste, dont les traits sont inspirés d’un syndicaliste de la région du début du siècle. Comme souvent dans son oeuvre, le sujet se confond avec son environnement, comme pour former une allégorie. Ici, l’architecture de l’usine se mélange avec le corps du travailleur.

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

Le collage de MADAME : installation réalisée le 3 février 2019

Madame illustre l’article 5 contre la torture, les peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants.

« L’idée [de mon oeuvre] est de mettre en lumière l’absurdité de la violence »

Sur un mur de caisse de bois d’époque, apposés de chaque côté, des collages se répondent, une phrase courra sur tout le long de l’installation, incitant ainsi le visiteur à faire le tour, à découvrir tous les détails de l’oeuvre. La technique de l’artiste mixe collage, réappropriation d’images anciennes, texte et peinture.

En droits, exposition, musée de l’Homme, Paris, Déclaration universelle des droits de l’Homme, droits humains, street art, art urbain, street artistes, Zag & Sìa, Lek & Sowat, Swoon et de Goin, Dugudus, Madame, Dénis Meyer
© Zakaria presse

Le graffiti immersif de DÉNIS MEYERS : performance réalisée le 10 février 2019

« J’ai volontairement choisi de travailler sur l’article 26, qui parle d’éducation. L’éducation est pour moi primordiale, de manière générale et encore plus dans des quartiers ou pays défavorisés. L’éducation, l’apprentissage d’un métier, d’un artisanat, est un fondamental si une société vise à évoluer, partager, et ne mettre personne à l’écart. »

Infos pratiques : musée de l’Homme 17 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris – ouvert tous les jours sauf le mardi de 10H à 18H  www.museedelhomme.fr  

#EnDroits #DUDH #Droitshumains #StandUp4HumanRights

Laisser un commentaire