Histoire, France, entre-deux guerres, Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale, France 2, Romain Icard, Denis Podalydès, documentaire, archives,

France 2 diffuse un programme inédit, ce mardi 12 février à 21 heures sur la France de l’entre-deux-guerres entre deux parties, un documentaire qui tombe à pic et résonne avec l’actualité.  

C’était il y a un siècle. De 1919 à 1939, les Français passent de l’euphorie des Années folles aux désillusions et à l’effroi du deuxième conflit mondial qui s’annonce. Deux décennies décisives dans notre histoire.

Entièrement fait d’images d’archives et recolorisées, le documentaire « la France de l’entre-deux-guerres » de Romain Icard évoque l’histoire de nos ancêtres – ces Français des années 20 et 30, en s’immisçant au plus près d’eux et de leur quotidien. À chaque fois, nous découvrons comment les Français vivent, quelles sont leurs aspirations, leurs craintes et leurs rêves. Loin du tout politique, notre récit colle à la rue, aux gens, aux villages et aux histoires qui s’y nouent. L’intention est de donner, à travers une narration à hauteur d’homme, la forme, les couleurs, le visage d’une époque.

Vingt années racontées au travers d’événements petits ou grands et par le biais de destins symboliques qui dessinent, sous nos yeux, l’histoire d’une nation. Des destins qui disent l’évolution formidable de la société civile, des technologies et des mentalités, de la culture et des mœurs. Une saga familiale, un roman fleuve, une fresque socio-culturelle d’une modernité et d’une richesse remarquables se dessine. La série couvre une période qui naît à la fin d’une guerre mondiale et meurt au commencement d’une autre. Les deux décennies se répondent, tour à tour lumineuses et sombres, joyeuse puis triste, optimiste enfin pour finir résignée.

Denis Podalydès raconte cette France de l’entre-deux-guerres

Denis Podalydès raconte ces deux décennies. D’abord les années 20 et l’espoir qu’elles ont fait germer partout en France. Puis, dans un deuxième épisode, les années 30, décennie paradoxale où la France bascule dans la crise sans jamais sombrer dans l’obscurantisme fasciste qui gangrène nos voisins allemands ou italiens. 

Joséphine Baker, Renault, Citroën, Charles Trenet, le Front populaire, les grèves, Jean Renoir, les congés payés, les ligues fascistes, la place des femmes dans la société, le bronzage… Tout ce qui a fait l’ère fabuleuse de l’entre-deux-guerres est présent dans la mémoire collective des Français sans que l’on en ait réellement conscience. Vingt années riches d’une mythologie typiquement française !

1919. Après quatre ans de voyage au bout de l’enfer, les Français revivent. Ils sont nos ancêtres, nos grands-parents, nos parents, tous unis par un même soulagement, un même espoir. Les familles se retrouvent, les femmes s’affranchissent, le pays se reconstruit et s’urbanise. Tous pénètrent dans le 20e siècle avec confiance et rêvent d’une paix éternelle. Personne ne se doute que les Années Folles ne seront qu’une parenthèse enchantée, de courte durée. Dix ans plus tard, les espoirs et les joies sont brisés. La crise économique marque le retour brutal de la misère. Les idéologies se cristallisent, les premières luttes sociales s’organisent et le nationalisme se propage. Avec effroi, les Français voient l’ombre de la guerre ressurgir. Inexorablement, ils plongent dans une nouvelle course à l’abîme.

La France entre-deux-guerres en deux parties sur France 2

1re partie : 1919-1929 – « La Grande Illusion »

1919. Après quatre années d’enfer, les Français comptent leurs morts, mais ils ont gagné. Le monde les regarde. Guidés par l’espoir et le désir de reconstruire, ils dessinent la modernité et plongent dans le XXe siècle. Le monde rural laisse place à la ville. L’artisanat est remplacé par l’industrie. Les femmes défient le patriarcat et s’affranchissent des codes du passé. La France devient la patrie des artistes. C’est une décennie de temps agités et heureux. Mais cette parenthèse ne sera que de courte durée. L’euphorie laisse bientôt place à l’effroi.

2de partie : 1930-1939 – « La Course à l’abîme »

1929. Personne ne veut y croire, mais la France chavire à nouveau. La crise économique étouffe la joie des Années folles. La misère, que l’on pensait vaincue, est de retour. Durant cette décennie tourmentée, les ressorts des luttes sociales et les idéologies politiques qui marqueront le siècle à venir se mettent en place. La tentation fasciste émerge. À la sortie de la Première Guerre mondiale, nos grands-parents rêvaient de paix, de progrès et d’une prospérité qui effaceraient les inégalités. Mais les Français vont perdre en dix ans toutes leurs illusions. Voici l’histoire d’une course à l’abîme qui va faire sombrer le pays dans un nouveau conflit mondial.

« Telle est la feuille de route de ces deux films : donner la parole à la société française, en lui restituant l’image qui lui manquait » Pascal Ory, historien.

Un documentaire avec un travail de fond

Grâce au travail des documentalistes Céline Le Roux-Vincent et Charlotte de Luppé, des archives rares et fascinantes des régions dévastées du Nord, de la révolution ouvrière des quartiers pauvres et immigrés, ou des fêtes débridées des Années Folles, ont été exhumées. Ces images proviennent de fonds amateurs encore inédits, de collections issues de la France entière. Les années 20 et 30 sont les décennies où les films et les actualités deviennent des biens populaires qui inondent, déjà, la vie des Français.

Ces pépites et trésors d’archives, entièrement restaurés et colorisés par le studio Composite Films, forment un formidable témoignage, une matière mémorielle qui prévaut, offrant au téléspectateur un spectacle visuel à la fois émouvant et puissant.

Pour construire la trame historique, Romain Icard a également travaillé avec Pascal Ory, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à l’EHESS et à Sciences-Po Paris. Il prône depuis de nombreuses années une recherche historique sociale et culturelle, à distance d’une histoire plus politique. Il est à ce titre, depuis 1998, membre du Haut Comité des Commémorations Nationales.

Deux voix principales soutiennent et irriguent ces deux films : le commentaire dit par le comédien Denis Podalydès, sociétaire de la Comédie française, et la musique originale de Charlie N’Guyen

Fiche technique – Un documentaire inédit de 2 x 52 min – Une production Nilaya – Avec la participation de France 2 – Produit par Patricia Boutinard Rouelle – Conseillère de programmes Caroline Glorion –  Directrice de l’unité documentaires et magazines culturels de France 2 Catherine Alvaresse.

Laisser un commentaire