Noon, album, desire, PBC, Warner Music, interview, Roger Hodgson,

Installée confortablement au Club 13, à Paris, Noon, la chanteuse au grand cœur s’est laissé aller pour répondre à mes questions. Rencontre avec cette charmante artiste qui a dévoilé son premier solo album « Love In Translation » disponible chez PBC / Warner Music.

Avec sa voix sensuelle, Noon nous présente des titres originaux comme « Desire », « Perfume Of Euphoria », « Cœur des hommes », « Human Right » ou « Sans toi », concluant le tout par sa désormais bien connue reprise de « The Logical Song ». Avec cet album maitrisé, Noon nous offre premier album touchant, bouleversant, sensible, et finalement terriblement attachant.

Noon, en quelques mots

Noon est un diminutif de mon prénom Manon que mes sœurs m’ont donné lorsque j’étais petite. En commençant à composer mon 1er album, je ne voulais pas utiliser un nom de scène qui s’éloigne de moi et à la fois, je ne voulais pas utiliser mon prénom. Noon qui veut dire midi en français est un entre-deux. Je suis auteure, compositrice et interprète.

Comment êtes-vous arrivés à la musique ?

Je fais du piano depuis mon enfance. Le choix de faire de la musique s’est fait progressivement. Au début, je faisais partie d’un groupe « Shenkin ». Un jour, j’ai décidé de me lancer en solo. J’ai commencé par une reprise « The Logical Song » qui a beaucoup été plébiscitée sur les réseaux sociaux et par Roger Hodgson du groupe Supertramp, l’auteur, compositeur et interprète. Quinze jours après la sortie du titre, il m’a contacté en me disant qu’il validait la reprise et qu’il voulait me rencontrer. Un mois plus tard, il venait à L’Olympia et m’a invité à son concert.

Comment l’album est-il né ?

En 2015, j’ai commencé à réaliser l’album et à composer au piano les morceaux. J’ai collaboré avec mon cousin Théo Aboukrat sur le titre « Perfume Of Euphoria » et avec ma sœur Florence Rouas sur l’écriture du titre « Intime paradis », mais aussi avec Serge Perez et Avner Perez. En studio, j’ai travaillé avec Régis Ceccarelli, F.B Cool, Lolly.B et SDO au niveau des arrangements et je dois dire que je suis assez ravie.

Pourquoi l’avoir intitulé « Love in translation » ?

Le thème principal de l’album est l’amour. L’idée était de traduire l’amour sous toutes les formes et selon le langage de chacun. Amour passion, Amour fou, Amour filial, Amour inconditionnel, Amour de soi. Pour moi, l’amour est essentiel. Il est important d’aimer et d’être aimé. Je tente, comme tant d’autres, de le définir, de le traduire dans mes chansons. C’est pour cela que j’ai intitulé mon 1er album Love in translation. L’amour est ma source d’inspiration. Je suis une amoureuse de l’amour et comme disait Jacques Prévert : «  l’amour de la musique mène toujours à la musique de l’amour ».

Parlons de votre voix, comment la qualifieriez-vous ?

Je dirais que c’est un melting-pot d’état. Je me sens multiple, c’est-à-dire, un vrai patchwork de sentiments, de désirs, d’envie, c’est ce que j’essaie de transmettre avec ma musique. Je voulais quelque chose qui me ressemble.

Quelles sont vos influences ?

Mes influences sont principalement de la Soul musique : Stevie Wonder, Aretha Franklin, Ray Charles, et le Jazz.

Quelle est votre playlist actuelle ?

Cela dépend des jours, mais j’aime écouter les nouveautés et Julien Doré.

Quelle est votre définition de la musique ?

Une connexion directe avec dieu

Un mot de fin !

Venez, je vous aime. Vive l’amour !

Noon, album, desire, PBC, Warner Music, interview, Roger Hodgson,

Laisser un commentaire