Alex Ramirès, one-man show, humour, comédie, comédie des boulevards, Alexandra Baily, low cost, vidéo, gay, Mickael chetrit, very good show, Seul en scène,

Drôle et sensiblement viril, Alex Ramirès dévoile son one-man-show du jeudi au samedi à la Comédie des boulevards jusqu’au 31 mai 2018.  Rencontre…

Avec une énergie rare, Alex s’assume en toute contradiction dans un spectacle à son image : « Sensiblement viril « . Un rythme effréné dans lequel son sens du show laisse toujours une place à l’émotion, car on peut aussi être drôle et touchant ! Une déclaration à tous ceux qui ne rentrent pas dans les cases.

Alex Ramirès, en quelques mots

Sensible, viril, décalé et très danse, parce que j’aime ce mot 😊

Comment êtes-vous arrivé à la scène ?

À 9 ans, j’ai commencé le théâtre, je me suis rendu compte que c’était génial, car on pouvait s’amuser, rire et faire rire.  Des années plus tard, j’ai rencontré Jocelyn Flipo qui m’a aidé à concrétiser mon projet en devenant mon manager. C’est un rêve de gosse ! On est totalement libre sur scène.

Comment est né ce second spectacle ?

Avec mon précédent spectacle « fait sa crise ! », je me suis rendu compte que je n’étais pas hyper sincère. On raconte toujours son angoisse et les moments de loose, c’est quelque chose que j’adore. On va dire que le cocon était en train de s’ouvrir, mais pas totalement, il fallait écrire un nouveau spectacle. Je ne pouvais pas construire quelque chose sur des fondations. J’étais heureux de jouer mes sketchs, mais je me cachais un peu derrière. J’avais envie de sincérité.

Pourquoi avoir attendu le 3e spectacle pour assumer sa sexualité ?

Je crois que je n’ai pas la réponse ! Ça s’est imposé à moi. Je suis bien, bien sur scène et bien entouré. Il fallait que je sois totalement moi-même, j’avais des choses à dire à ce sujet. J’ai trouvé un décalage intéressant, un angle drôle, d’en faire un spectacle, le but n’est pas de dire « confession » : Alex se raconte. C’est un spectacle où on se marre ! Je voulais tirer le fil, il s’avère que c’était sur mon homosexualité, j’ai accepté. Un effet boule de neige ! Non, seulement, je dis qui je suis, même si cela ne définit pas ce que je suis vraiment, mais c’est une partie de ma vie. Et en plus, je peux faire marrer le public et apporter quelque chose de plus frais et nouveau.

Votre spectacle s’intitule « Sensiblement viril », pourquoi ?

C’était pour questionner ce qu’on peut attribuer à ces mots-là. En gros dans l’humour, on schématise ou on utilise des stéréotypes, c’est toujours plus simple pour les briser. Pour les schématiser, souvent, on met l’homme dans des grandes cases, j’ai trouvé ça intéressant, de parler du côté sensible et viril, à la fois. Je ne voulais pas mettre de masculin ou de féminin, ce n’est pas une question de sexe. Je trouvais ça marrant de lier les deux pour montrer un entre-deux. On peut être qui on veut. On ne se résume pas en une seule étiquette.

Parlez-moi de l’écriture et de la mise en scène ?

J’ai écrit le spectacle en 3 à 4 mois et demi. Pour la mise en scène, je travaille avec Alexandra BIALY, une amie que je connais depuis très longtemps. Il fallait que j’aie quelqu’un de bienveillant, qui m’aime et surtout avec qui j’ai une vraie relation amicale. Je ne pouvais pas faire un spectacle sur un sujet, j’avais envie de parler de plein de choses. Je suis même restreint par le temps, si le spectacle pouvait faire 1H45, ça m’arrangerait. J’ai même enlevé des sketches. J’adore jouer plein de personnages ou des situations vécues, ça vient toujours d’un sentiment de base réel. Je dis souvent, il y a beaucoup de choses vraies dans le spectacle, mais pas tout. Pour aboutir à un sketch, il faut toujours partir de soi et son point de vue par rapport des choses qui nous tiennent à cœur.

Vous abordez l’homosexualité autrement, pourquoi ?

C’est comme ça que je l’ai vécu. Cela étant, je ne pense pas qu’il y ait une manière particulière de faire son coming-out. Bien sûr, cela fait flipper. En fait, c’est génial finalement d’utiliser ce qu’on peut s’attendre à entendre, des critiques, etc. Je me suis basé sur mes propres expériences.  Le but n’était pas de faire différemment. C’est un spectacle d’humour. J’avais plutôt envie de raconter les bons côtés. L’axe me plaisait.

Avez-vous toujours été drôle ?

À la base, je ne sais pas si je suis drôle. En tout cas, j’avais envie d’écrire un spectacle d’humour.

Alex Ramirès, one-man show, humour, comédie, comédie des boulevards, Alexandra Baily, low cost, vidéo, gay, Mickael chetrit, very good show, Seul en scène,

Parlez-moi de la licorne omniprésente ?

Un genre de logo. On trouvait drôle de résumer le tatouage, assigner à une personnalité virile ou un type de cliché. La licorne a un cliché fairy et queer. On trouvait ça marrant que le mec veuille se faire tatouer une licorne et de jouer avec les codes.

Parlez-moi de vos vidéos « Low cost » ?

C’est ce que j’aime ! C’est ce que je ne peux pas faire dans le spectacle ! J’adore le cinéma ! C’est des références aux films que j’aime où je parodie des scènes, et aussi, principalement un hommage à Michel Gondry. J’aime le côté débrouille et un carton. À la base, c’est dû vraiment à un manque de moyens. On va faire avec ce qu’on a, de jouer aux premiers degrés et on ne se moque pas. Comme des gosses, on imagine. J’adore l’animation. Avec l’engouement autour des vidéos, nous avons décidé de continuer.

Pensez-vous qu’on peut rire de tout ?

On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. On peut malheureusement rire de tout, ce n’est pas forcément une bonne chose. Je pense que c’est bien qu’on ne puisse pas rire de tout, tant qu’il y a un angle qui fait que c’est drôle. Alors, rions ! De toute façon, le rire ne se contrôle pas. Expérimentons et cherchons sans blesser personne. Je pense qu’on peut rire de tout en travaillant.

Vos projets ?

Le spectacle va grandir pour faire d’autres salles avec des nouveaux sketchs. Des nouveaux projets de vidéos. Et surtout, continuer à écrire.

Parlez-moi de l’expérience « Vendredi tout est permis » chez Arthur ?

C’était cool ! J’étais avec des amis, pour moi, c’est le BAFA, mais filmé. On est là pour s’amuser. J’ai la chance de pouvoir faire des passages ou des trucs qui m’ont fait marrer sans se forcer. Être, juste soi-même.

Quel est le dernier spectacle qui vous a plu ?

Tristan Lopin hyper sincère, et il a quelque chose de doux que je n’ai pas…

Un mot de fin !

Faites le pari de venir me découvrir. Soyez qui vous avez envie d’être.

Le spectacle Alex Ramirès dans « Sensiblement viril » à la Comédie des Boulevards au 39 rue du sentier 75002 Paris du jeudi au samedi à 20H10 jusqu’au 31 mai 2018. Ventes sur les sites de réservations habituels.

Laisser un commentaire