Un certain regard, festival de cannes, cannes 2018, film, russe, kantemir balagov, darya zhovner, long métrage, drame, identité, émancipation, FIPRESCI, prix, Premiers Plans d'Angers, grand prix du jury,

Le long-métrage Tesnota de Kantemir Balagov présenté dans la sélection « Un certain Regard » au Festival de Cannes 2017 traite sur la crise identitaire et les liens familiaux. Un moment captivant, intense, sombre et Limite oppressant ! Il remporte le Prix FIPRESCI et un Grand prix du jury au Festival Premiers Plans d’Angers 2018.

L’histoire se déroule en 1998, à Nalchik, dans le nord Caucase, en Russie. Ilana, 24 ans, travaille dans le garage de son père pour l’aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée. Au sein de cette communauté juive repliée suvftgr elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David ? Ilana et ses parents, chacun à leur façon, iront au bout de leur choix, au risque de bouleverser l’équilibre familial.

Darya ZHOVNER est incroyable

Issue d’une famille d’acteurs de Saint-Pétersbourg, Darya Zhovner a un frère-chef cuisiner qui a été kidnappé dans la vraie vie. Cette jeune actrice nous emmène dans son action entre son affirmation, son identité religieuse et de femme, ainsi que son idylle avec un russe. Elle réussit à captiver le téléspectateur par sa prestation remarquable mêlant douceur, mélancolie, sensualité, et son engagement par son émancipation. Dans ce rôle, la jeune actrice est une révélation. Elle dégage une beauté sauvage en cage, elle éprouve la résistance des barreaux, se bat contre tous et surtout contre elle-même.

Le long-métrage Tesnota de Kantemir Balagov présenté dans la sélection « Un certain Regard » au Festival de Cannes 2017 traite sur la crise identitaire et les liens familiaux. Un moment captivant, intense, sombre et Limite oppressant ! Il remporte le Prix FIPRESCI et un Grand prix du jury au Festival Premiers Plans d'Angers 2018.  L’histoire se déroule en 1998, à Nalchik, dans le nord Caucase, en Russie. Ilana, 24 ans, travaille dans le garage de son père pour l'aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée. Au sein de cette communauté juive repliée suvftgr elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David ? Ilana et ses parents, chacun à leur façon, iront au bout de leur choix, au risque de bouleverser l'équilibre familial. Darya ZHOVNER est incroyable Issue d’une famille d’acteurs de Saint-Pétersbourg, Darya Zhovner a un frère-chef cuisiner qui a été kidnappé dans la vraie vie. Cette jeune actrice nous emmène dans son action entre son affirmation, son identité religieuse et de femme, ainsi que son idylle avec un russe. Elle réussit à captiver le téléspectateur par sa prestation remarquable mêlant douceur, mélancolie, sensualité, et son engagement par son émancipation. Dans ce rôle, la jeune actrice est une révélation. Elle dégage une beauté sauvage en cage, elle éprouve la résistance des barreaux, se bat contre tous et surtout contre elle-même.  La réalisation très centrée et de premier plan Tesnota a été tourné dans les environs de Saint-Pétersbourg pour les scènes d’intérieur. Cependant, une équipe réduite est toutefois allée tourner à Naltchik, pendant seulement quatre jours, les scènes d’extérieur. Kantemir Balagov précise chaque soir en parallèle du tournage montait le film afin de savoir s’il devait retourner des prises ou non. Dans ce long-métrage, le cinéaste vous montre à l’écran des vidéos d’exécutions récupérées quand ils avaient douze ou treize ans, sur K7 ou sur DVD. Ces scènes d’une extrême violence où l’on voit des personnes luttaient contre la mort ou mourir lentement. Ces images qui dataient de 1998, et qui avaient été tournées dans un village daghestanais ne peuvent pas vous laisser insensibles. Cette scène où éclatent des réactions entre Darya et les personnages du film exprime une image terrible entre les Russes et les antirusses à cette époque dans ce qui se passe dans leur pays et la réaction propre à chacun.  Genèse du projet Encore étudiant dans le domaine du 7e art, Kantemir BALAGOV s’est interrogé sur les enlèvements survenus principalement dans les années 90 et moins dans les années 2000. D’un point de vue cinématographique, le réalisateur a questionné la diaspora juive dans la ville de Naltchik à ce sujet, ce qui l’intéressait le plus, c’était les sentiments que pouvaient ressentir les membres d’une famille apprenant le kidnapping d’un proche et, par-dessus tout, ce que ces membres ne sont pas prêts à faire pour sauver celui-ci. Pour le cinéaste, la question profonde : est-il réellement humain d’obliger quelqu’un à se sacrifier pour sauver un proche ? De plus, il s’est inspiré des films comme Mouchette de Robert Bresson ou Rosetta des frères Dardenne. A la demande du producteur du film, Kantemir Balagov a écrit le scénario avec son coscénariste, Anton Yarush, qui est de Saint-Pétersbourg. Tesnota – Une vie à l’étroit est disponible dans tous les cinémas en France à partir du 8 mars 2018. Les horaires de projection sont indiqués sur les sites de réservations habituels. DISTRIBUTION PAR ARP SÉLECTION.

La réalisation très centrée et de premier plan

Tesnota a été tourné dans les environs de Saint-Pétersbourg pour les scènes d’intérieur. Cependant, une équipe réduite est toutefois allée tourner à Naltchik, pendant seulement quatre jours, les scènes d’extérieur. Kantemir Balagov précise chaque soir en parallèle du tournage montait le film afin de savoir s’il devait retourner des prises ou non. Dans ce long-métrage, le cinéaste vous montre à l’écran des vidéos d’exécutions récupérées quand ils avaient douze ou treize ans, sur K7 ou sur DVD. Ces scènes d’une extrême violence où l’on voit des personnes luttaient contre la mort ou mourir lentement. Ces images qui dataient de 1998, et qui avaient été tournées dans un village daghestanais ne peuvent pas vous laisser insensibles. Cette scène où éclatent des réactions entre Darya et les personnages du film exprime une image terrible entre les Russes et les antirusses à cette époque dans ce qui se passe dans leur pays et la réaction propre à chacun.

Genèse du projet

Encore étudiant dans le domaine du 7e art, Kantemir BALAGOV s’est interrogé sur les enlèvements survenus principalement dans les années 90 et moins dans les années 2000. D’un point de vue cinématographique, le réalisateur a questionné la diaspora juive dans la ville de Naltchik à ce sujet, ce qui l’intéressait le plus, c’était les sentiments que pouvaient ressentir les membres d’une famille apprenant le kidnapping d’un proche et, par-dessus tout, ce que ces membres ne sont pas prêts à faire pour sauver celui-ci. Pour le cinéaste, la question profonde : est-il réellement humain d’obliger quelqu’un à se sacrifier pour sauver un proche ? De plus, il s’est inspiré des films comme Mouchette de Robert Bresson ou Rosetta des frères Dardenne. A la demande du producteur du film, Kantemir Balagov a écrit le scénario avec son coscénariste, Anton Yarush, qui est de Saint-Pétersbourg.

Le long-métrage Tesnota de Kantemir Balagov présenté dans la sélection « Un certain Regard » au Festival de Cannes 2017 traite sur la crise identitaire et les liens familiaux. Un moment captivant, intense, sombre et Limite oppressant ! Il remporte le Prix FIPRESCI et un Grand prix du jury au Festival Premiers Plans d'Angers 2018.  L’histoire se déroule en 1998, à Nalchik, dans le nord Caucase, en Russie. Ilana, 24 ans, travaille dans le garage de son père pour l'aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée. Au sein de cette communauté juive repliée suvftgr elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David ? Ilana et ses parents, chacun à leur façon, iront au bout de leur choix, au risque de bouleverser l'équilibre familial. Darya ZHOVNER est incroyable Issue d’une famille d’acteurs de Saint-Pétersbourg, Darya Zhovner a un frère-chef cuisiner qui a été kidnappé dans la vraie vie. Cette jeune actrice nous emmène dans son action entre son affirmation, son identité religieuse et de femme, ainsi que son idylle avec un russe. Elle réussit à captiver le téléspectateur par sa prestation remarquable mêlant douceur, mélancolie, sensualité, et son engagement par son émancipation. Dans ce rôle, la jeune actrice est une révélation. Elle dégage une beauté sauvage en cage, elle éprouve la résistance des barreaux, se bat contre tous et surtout contre elle-même.  La réalisation très centrée et de premier plan Tesnota a été tourné dans les environs de Saint-Pétersbourg pour les scènes d’intérieur. Cependant, une équipe réduite est toutefois allée tourner à Naltchik, pendant seulement quatre jours, les scènes d’extérieur. Kantemir Balagov précise chaque soir en parallèle du tournage montait le film afin de savoir s’il devait retourner des prises ou non. Dans ce long-métrage, le cinéaste vous montre à l’écran des vidéos d’exécutions récupérées quand ils avaient douze ou treize ans, sur K7 ou sur DVD. Ces scènes d’une extrême violence où l’on voit des personnes luttaient contre la mort ou mourir lentement. Ces images qui dataient de 1998, et qui avaient été tournées dans un village daghestanais ne peuvent pas vous laisser insensibles. Cette scène où éclatent des réactions entre Darya et les personnages du film exprime une image terrible entre les Russes et les antirusses à cette époque dans ce qui se passe dans leur pays et la réaction propre à chacun.  Genèse du projet Encore étudiant dans le domaine du 7e art, Kantemir BALAGOV s’est interrogé sur les enlèvements survenus principalement dans les années 90 et moins dans les années 2000. D’un point de vue cinématographique, le réalisateur a questionné la diaspora juive dans la ville de Naltchik à ce sujet, ce qui l’intéressait le plus, c’était les sentiments que pouvaient ressentir les membres d’une famille apprenant le kidnapping d’un proche et, par-dessus tout, ce que ces membres ne sont pas prêts à faire pour sauver celui-ci. Pour le cinéaste, la question profonde : est-il réellement humain d’obliger quelqu’un à se sacrifier pour sauver un proche ? De plus, il s’est inspiré des films comme Mouchette de Robert Bresson ou Rosetta des frères Dardenne. A la demande du producteur du film, Kantemir Balagov a écrit le scénario avec son coscénariste, Anton Yarush, qui est de Saint-Pétersbourg. Tesnota – Une vie à l’étroit est disponible dans tous les cinémas en France à partir du 8 mars 2018. Les horaires de projection sont indiqués sur les sites de réservations habituels. DISTRIBUTION PAR ARP SÉLECTION.

Tesnota – Une vie à l’étroit est disponible dans tous les cinémas en France à partir du 8 mars 2018. Les horaires de projection sont indiqués sur les sites de réservations habituels. DISTRIBUTION PAR ARP SÉLECTION.

Laisser un commentaire