Après le succès de son premier single « Mon Frère » sorti au printemps, le demi-finaliste de The Voice 2016, Sol revient avec « Vers le Nord » nouveau extrait de son album prévu pour le 1er trimestre 2018. Rencontre…

Bercé par la passion de ses tantes d’origine kabyle pour le gospel ou la soul des années 90, Sol sait depuis toujours que rien n’est mieux que la musique pour exprimer ses émotions. Ses parents ont partagé avec lui leur collection de disques (Brel, Brassens, Nougaro, et le jazz). De quoi constituer un ADN de qualité où perlent l’amour des mots, de la rythmique et des arrangements.

Fier du soutien tacite, que représentent ses plus de 2 millions et demi de vus sur Internet, il s’est lancé dans l’écriture et la composition, les arrangements, même, de la plupart des titres de son premier album réalisé à l’aide des artistes de talent comme Sandro Abaldonato (Kendji, Vincent Niclo, Patrick Fiori, Hélène Ségara), et de collaborer avec des personnalités aussi précieuses artistiquement qu’Antoine Essertier  (Vianney, Boulevard des Airs ...), Nazim et les Mutin (Claudio Capéo, Amir, Jenifer...) ou encore Boris Bergman (parolier de Alain Bashung, Thiéfaine, Christophe et tant d’autres).

 

Présentez-vous-en quelques mots ?

Je m’appelle Sami, nom d’artiste SOL, 31ans, quasiment toutes ses dents, quelques cheveux blancs, assez jeune dans sa tête.

Pourquoi avoir choisi comme nom de scène « Sol » ?

C’est une histoire ! C’est celle d’un bassiste qui en avait marre que je lui présente que des choses en Sol alors que je ne connaissais pas le Solfège et pour marquer le coup et se moquer de moi, il m’a nommé Sol et donc je l’ai gardé.

Parlez-moi de l’aventure The Voice ?

C’est une sacrée expérience ! Je ne m’attendais pas à aller jusqu’en demi-finale. C’est Bruno Berbères qui m’a convaincu, car je ne l’aurai pas fait de moi-même. Après des années de réflexion, j’ai tenté ma chance. Il y a des choix de chansons et d’autres imposées. En tout cas, le choix de la chanson « Crazy » de Gnarls Barkley et « des armes » de Léo Ferré venait de moi. Zazie m’a beaucoup fait rire, c’est une personne naturelle et plaisante. Je dis également merci aux autres coachs qu’on ne voit pas comme Damien Silvert et Nathalie Dupuy, qui m’ont beaucoup appris. Je leur passe un gros BIG UP.

L’après-The Voice ?

Je me suis reposé chez moi à Dijon. Ensuite, j’ai fait des concerts en France et dans les iles. Ensuite, j’ai signé un contrat de disque avec Universal Music et j’ai enchainé avec la préparation de mon album sur l’année qui vient de s’écouler (2017).

Quelles sont vos influences musicales ?

Multiples ! Mes influences sont plutôt tournées vers la musique noire américaine : jazz, soul, des artistes tels que Stevie Wonder, Marvin Gaye, Donny Hathaway qui ont bercé mon enfance et mon adolescence. Mais aussi, la chanson française, des artistes comme Brassens, Moustaki. J’aime aussi le vieux rock tel que Les Beatles, les Stones, plus récemment Jack White. J’aime écouter des choses que les autres personnes n’écoutent pas. J’aime aussi le Rap, le hip-hop américain, l’électro. Je suis toujours les sorties. De plus, j’ai une collection de Vinyles à la maison.

Quelle orientation prendra l’album ?

L’album est prêt à 95%. Ce premier album est une histoire de thèmes avec des influences musicales très fortes, on a une base pop avec des sons électroniques, des textes de la chanson française et une énergie soul. C’est un album métis ! C’est un album pop ! Je voulais raconter l’histoire de ma vie à cet instant. Les thèmes sont l’exil, le voyage, le fait de faire des enfants, l’infidélité, la fidélité, les bébés, les vieux et aussi le vivre ensemble aujourd’hui. Les compositeurs avec qui j’ai travaillé, ils m’ont aidé, appris et enseigné. Je suis ravi d’avoir collaboré avec eux. J’ai coécrit certains morceaux. Nous avons mi une bonne année pour faire cet album dont je suis fier.

Que représente votre voix pour vous ?

C’est une armure rouillée, mais qui protège très bien des coups !

Des duos de prévus ?

Il n’y a pas de duos sur ce 1er album. Mais, je suis sur des idées de collaborations avec des producteurs étrangers pour la plupart. J’aimerais travailler ou enregistrer un duo avec Stromae.

Votre playlist actuelle ?

Jack White, le dernier album est monstrueux. Orelsan, l’album tourne en boucle. Et aussi, « la fête de trop » d’Eddy De Pretto, le dernier MGMT, le dernier Diva Faune.

Un mot de fin !

Merci pour ce moment !

Disponible chez MCA / Universal Music France

 

 

 

 

Laisser un commentaire